Médecine alternative et médecine conventionnelle : des atouts complémentaires !

Par | Billet d'humeur / Actu

Lorsque l’on parle de médecine, il n’existe pas une approche mais bien une multitude de solutions. On désigne ainsi par le terme de « médecine douce » ou encore « médecine alternative » ou « médecine naturelle » les approches complémentaires aux pratiques classiques. Faut-il opposer ces deux visions ? Non, bien au contraire. Il existe des atouts à combiner, au bénéfice des patients.

médecine alternative

Les médecines douces, une alternative utile !

On peut définir la médecine alternative comme l’ensemble des pratiques de santé qui ne font ni partie de la médecine traditionnelle, ni de la médecine conventionnelle d’un pays et qui ne sont pas pleinement intégrées à son système de santé prédominant.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit en complément les médecines douces comme la combinaison de la médecine complémentaire avec la médecine traditionnelle (aussi appelée médecine conventionnelle). C’est ainsi que l’on peut aujourd’hui retrouver plus de 400 disciplines alternatives.

La médecine non allopathique est souvent issue de pratiques séculaires. Elle constitue un groupe hétérogène de pratiques dont trois disciplines sont très populaires.

  • La phytothérapie (traitement par les plantes),
  • L’acupuncture (une médecine traditionnelle chinoise
  • L’hypnose (placement en état de veille paradoxale)

A quoi servent ces disciplines ? Elles apportent une complémentarité à la médecine conventionnelle. « Lorsque la médecine officielle, celle apprise sur les bancs de la faculté, ne suffit pas ou est inopérante, ayons la modestie et l’humilité de le reconnaître et de faire preuve d’ouverture en adressant nos malades à des praticiens qui travaillent différemment de nous et qui ont des résultats efficaces » explique Sauveur Boukris, médecin généraliste, auteur du livre « Enfin guérir: Lorsque la médecine classique ne suffit plus ».

Même vision de la part de l’équipe de Medoucine, un portail internet spécialisé sur les médecines douces : « la médecine moderne est idéale pour les urgences, la chirurgie, les accidents, les infections etc. Les médecines douces en revanche s’inscrivent dans une durée plus longue : elles sont adaptées en prévention, dans l’accompagnement des maladies chroniques, et peuvent apporter des solutions durables car elles s’intéressent toujours, en plus des symptômes, à leur(s) cause(s) ».

Conventionnelle et traditionnelle, la médecine doit être envisagée de manière globale et inclusive, non pas exclusive ou différente.

La méfiance face à la « légalité » de la médecine alternative !

La médecine alternative profite depuis des années d’un certain succès. Parce qu’elles proposent une autre vision de la recherche des maux, et une approche souvent plus spirituelle du corps et de l’esprit, elles apportent une réponse à de nombreux patients. Mais cet engouement est contrebalancé par une certaine méfiance. Un scepticisme car ces médecines ne sont pas toujours légalement encadrées.

Il est important de savoir que l’exercice des professions médicales et d’auxiliaires médicaux est encadré par le code de la santé publique (CSP). L’exercice de la médecine est réservé aux seuls médecins. Tous les professionnels de santé doivent être inscrits au registre partagé des professionnels de santé (RPPS).

Connaissant cela, les médecines douces ne sont pas à proscrire. Elles sont là pour apporter une réponse aux côtés de la médecine classique. L’important est de trouver un professionnel de confiance dans la discipline qui vous intéresse, avec qui vous pouvez avoir une relation de confiance. Demandez des références, des expériences passées et assurez-vous d’avoir en face de vous une personne qui a approfondi l’approche de la médecine qu’elle emploie.

Et en matière de remboursement ? Les médecines douces sont prises en charge par les complémentaires de santé car l’Assurance maladie, elle, n’assure aucune couverture. Vous pouvez profiter d’un remboursement sous forme de forfait ou de prise en charge à l’acte. Les mutuelles de santé savent que l’engouement pour la médecine alternative est fort et accompagnent les patients. Alors profitez-en pour disposer de soins complets, qui allient médecine traditionnelle et conventionnelle.

Last modified: 23 octobre 2020

2 Responses to " Médecine alternative et médecine conventionnelle : des atouts complémentaires ! "

  1. RIERA dit :

    Toujours compliqué de franchir le cap de la médecine douce. La science avant tout pour certains, mais une fois le cap franchi, on ne peut plus s’en passer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

× Fermer